Lichens

Lichens

          Les Lichens (du gr. leikhein, lécher parce qu’ils sont souvent très étroitement appliqués sur leur support) forment l’un des grands groupes de végétaux dits inférieurs (pas de fleurs, pas de système vasculaire). Ils ont tous pour origine l’association entre un Champignon de très petite taille et une Algue verte ; ils sont toujours chlorophylliens et ont donc impérativement besoin de lumière pour subsister. Ils sont capables de s’adapter à des conditions auxquelles ni l’un ni l’autre partenaire isolé ne pourrait survivre : on trouve des Lichens sur des glaciers polaires, sur les roches des plus hautes montagnes ou sur le sol aride des déserts chauds ou glacés ; certains même se fixent sur des vitraux d’églises qu’ils corrodent par leurs sécrétions... Ils peuvent coloniser des zones très ingrates où aucun végétal ne pouvait s’implanter et ils y installent souvent les premiers éléments d’humus qui permettront à d’autres végétaux de prendre pied. La multiplication est assurée soit par des spores soit par une sorte de bouturage naturel et dissémination de fragments par le vent ou par les animaux, et qui   gardent vie comme une bouture.

          L’aspect des Lichens est très variable et permet une ébauche de classification: thalle crustacé (croûtes plus ou moins épaisses, consistance dure ou gélatineuse…), thalle foliacé (ombiliqué, sortes de feuilles pédonculées étalées sur les rochers…), thalle fructiculeux (fibres longues accrochées à une écorce ou à une pierre, lanières…), thalle complexe (de différents types dans la même colonie…); les couleurs sont également très variables même au sein d’une espèce donnée. L’identification de nombreux genres et espèces est souvent très délicate et peut imposer le microscope pour l’examen des spores et (ou) l’utilisation de réactifs chimiques sur le thalle. On compte plus de 18000 espèces réparties dans toutes les régions du globe.

          Les Lichens sont très sensibles à certains gaz de l’air et en particulier au SO2. Par leur disparition progressive, ce sont d’excellents détecteurs de pollution des grandes villes.

          On y retrouve les Crustacés, les Foliacés, les Fructiculeux et les Complexes.