Champignons et Micro-organismes

Champignons  et  Micro-organismes

          Les Champignons (du lat. campaniolus, des champs) ou Mycophytes n’ont  ni racines ni feuilles, mais un « thalle », appareil végétatif rudimentaire non vascularisé et ne profitant pas de la fonction chlorophyllienne ; ils peuvent donc vivre dans l’obscurité sans être concurrencés par les plantes vertes ; par contre ils doivent pour subsister assimiler des déchets organiques ou des micro organismes trouvés sur place (bois en décomposition, déjections d’animaux etc.) ou bien  vivre en symbiose ou en  parasites aux dépens d’autres être vivants. Comme les Levures, Ferments, certains Parasites et bien d’autres micro-organismes ils sont  maintenant classés, en fonction de critères complexes, dans diverses lignées génétiques ou « phyllums » intermédiaires entre animaux et plantes. Beaucoup participent directement, par leur mycélium, à la croissance de plantes très différentes : lichens, grands arbres, orchidées etc. Tous ont un rôle capital dans les grands équilibres  naturels et en particulier dans la transformation des déchets des grandes forêts et dans la création de l’humus qui a fertilisé la majeure partie des terres émergées.

          Les classifications les plus diverses se succèdent de décennies en décennies et vous en trouverez au moins six ou sept rien que dans  la bibliographie… J’ai choisi il y a 20 ans un cheminement   qui est partiellement inspiré d’un arbre de l’ « Evolution et dégradation » de Roger Heim * pour les Basidiomycètes et que j’ai complété assez arbitrairement car je ne suis pas spécialiste.

          Quand ce n’est pas uniquement l’aspect dégustatif qui nous guide, on peut distinguer les Micromycètes ou Champignons inférieurs , des Macromycètes dits supérieurs qui peuvent être observés sans l’aide d’un microscope !  Ces derniers comportent deux très grands groupes : les Ascomycètes et les Basidiomycètes (différentes positions des spores…), et de très nombreux petits groupes dérivés en évolution ou en régression, diversement situés suivant les Auteurs. On estime que les seuls Basidiomycètes comptent plus de 100000 espèces référencées à ce jour !

* Roger HEIM Champignons d’Europe . « Tableau phylogénétique des Basidiomycètes mettant en évidence les phylums progressifs et les phylums dégradés ».  Edition Boubée 1984

( les espèces soulignées sont celles présentées ci-après.)

Groupe 1* :
Levures, Moisissures, Ascomycètes, Zygomètes, Pyrénomycètes, Xylaire du bois, Discales: Pézizes, Morilles, Verpes, Truffes, Hétérobasidiées : Auriculariales, Trémellales

Groupe 2 :
BASIDIOMYCETES : Aphyllophorales,  Théléphores, Stérées, Chanterelles, Clavaires, Calocères, Hydnes, Pied de mouton, Polypores,  Hirschiopores, Sparassis, Tramettes, Leptopores,Trichoptums, Caloceus, Bolétales...      

Groupe 3 :
Agaricales: Lactaires et Russules, Hygrophores, Tricholomacées, Pleurotes, Panus, Lentins, Crépidotes, Entolomes, Collybies, Clitocybes…

Groupe 4 :
Cortinaires, Inocybes, Hypholomes… Amanitacées : Lépiotes, Psalliotes, Volvaires, Trophoria, Hypholomes… Coprinacées                                                                                  

*Les espèces représentées ici sont sous-lignées…                                                                                     

          Je termine par un mot sur les Myxomycètes  car ce sont de bien curieux petits organismes. On les appelle  communément Champignons-animaux car ils présentent deux cycles de vie qui les apparenteraient aux uns et aux autres. Vous trouverez sur ces organismes assez peu connus des détails complémentaires dans l'article correspondant.